· 

LE JEU DE PAUME

Ce jeu très ancien, d'environ un millénaire, nous est resté et de lui ont découlé diverses expressions françaises .

 

Donc le Jeu de Paume, qui reste rare aujourd'hui, avait un très grand succès au XVIe siècle au point qu'il avait été interdit de le pratiquer dans la semaine à Paris, tant les travailleurs préféraient y jouer plutôt que de s'occuper de leur métier !

 

Ce jeu se pratiquait, et se pratique toujours, mais de façon plus modérée, surtout en plein air, mais également en salle. Il s'apparente au tennis et à la pelote basque.

 

Dans une salle entourée de hauts murs et séparée en deux par un filet incurvé, les joueurs se renvoient une balle à coups de raquette contre un mur, et la laissent retomber une fois sur le sol ayant pour but que l'adversaire ne puisse pas la rattraper. Mais avant de se servir d'une raquette, les joueurs rattrapaient la balle à mains nues.

 

Après ce petit rappel de cet ancien jeu, il est bon de savoir que quelques expressions françaises sont dérivées de ce jeu.

Par exemple :

  • « tomber à pic » (lorsque la balle arrivait au ras du mur du fond et qui l'empêche de rebondir), et qui exprime qu'une chose ou un événement arrive au bon moment et au bon endroit en même temps.

  • « épater la galerie », en effet, les spectateurs se trouvaient sur un côté et représentaient la galerie.

  • « jeu de main, jeu de vilain » : lorsque la raquette a été inventée, elle servait aux nobles, quant à ceux qui n'en avaient pas parce qu'ils n'en avaient pas les moyens, ils jouaient toujours à mains nues. D'où le nom de « vilain » pour les petites gens que l'on appelait des vilains.

  • « peloter », la balle s'appelait une pelote, comme à la pelote basque, d'où le mot « peloter » pour le jeu avec la paume de la main, sans compter les points et d'où en est dérivé le terme familier.

 

 

(extrait du livre collégial de Sidonie Bonnec et Thomas Hugues « Manuel de Curiosité Générale »

Écrire commentaire

Commentaires: 0